Communiqué de presse France Police du 19 mai 2015

Après dix ans de procédures, la justice a été enfin rendue.

zyed-et-bouna

Pourquoi un tel acharnement autour de cette affaire ?

Parce que la condamnation de nos collègues aurait permis de justifier les trois semaines d’émeutes survenues suite aux morts tragiques de Zyed et Bouna. Un discours servi à toutes les sauces depuis dix ans qui consiste à expliquer à l’opinion publique que les émeutiers auraient agi en état de légitime défense face aux bavures policières dont ils seraient quotidiennement victimes.

Or, les émeutes de 2005, n’ont jamais été perpétrées pour dénoncer les morts de Zyed et Bouna, pas plus que ces violences n’avaient de caractère social.

Ce fait divers tragique a été récupéré et instrumentalisé par des islamistes ayant poussé des délinquants à des actes de guerre contre la République au nom du Djihad.

Les policiers impliqués dans les maintiens de l’ordre de l’époque se souviennent très bien des violences commises aux cris d’Allahou Akbar par les émeutiers et de ces « grands frères » porteurs de barbes longues en tenues fondamentalistes au contact permanent des émeutiers dans les cités.

Le gouvernement de l’époque avait refusé de dire la vérité préférant déverser des millions d’euros à destination d’associations communautaristes pour acheter un retour au calme.

L’aveuglement dont a fait preuve le gouvernement UMP de l’époque sur la montée de l’islamisme dans les quartiers est la conséquence directe de la situation actuelle dans laquelle des milliers de djihadistes français rejoignent Daesh.

Nous avions pourtant tiré la sonnette d’alarme en 2005 mais les pouvoirs publics sont restés sourds.

Malgré cette relaxe nous n’oublions pas les dix années de souffrances endurées par nos collègues injustement montré du doigt.

Justice est aujourd’hui rendue.