Vague migratoire en provenance des prisons tunisiennes : France Police saisit le Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb

train attaqué clandestins lourdes.jpg

Monsieur Le Ministre de l’Intérieur,

En raison de la saturation du système carcéral tunisien, le 23 juillet 2017, 1645 détenus ont été amnistiés et remis en liberté sur le sol tunisien.

Le 13 octobre dernier, ce sont 1027 individus dangereux supplémentaires qui ont été libérés des prisons de Mournaguia, Borj Amri et Siliana.

Sans perspective de réinsertion en Tunisie, ces individus ont décidé pour la plupart d’émigrer vers la France, encouragés par des réseaux criminels.

Parallèlement, l’ambiance dans la ville frontalière de Vintimille s’est considérablement dégradée ces dernières semaines. Ces anciens détenus tunisiens génèrent de graves troubles à l’ordre public dans la cité italienne. Rixes avec armes, harcèlement de femmes, tentatives de viols..

Nos collègues transalpins ont les plus grandes difficultés à faire face à cette situation chaotique ayant conduit votre homologue le Ministre Minniti à renforcer considérablement la sécurité sur ce territoire.

Nos collègues de la Police aux Frontières des Alpes-Maritimes ont constaté quant à eux que les ressortissants Tunisiens sont désormais majoritaires devant les Soudanais, Algériens, Ivoiriens, Afghans et Guinéens.

La détermination de ces ex détenus à s’infiltrer en France pour y rejoindre des réseaux criminels organisés déjà implantés sur notre sol est totale.

Dans ce contexte, la porosité de notre frontière fait peser sur notre Nation un péril sécuritaire grave et imminent.

En outre, parmi ces criminels de droit commun pour la plupart toxicomanes, les cas de radicalisation ne sont pas exceptionnels.

C’est pourquoi France Police vous demande, Monsieur Le Ministre de l’Intérieur, de procéder immédiatement à un renforcement des défenses de notre frontière terrestre avec l’Italie.

Il est urgent d’organiser autant que possible au niveau européen l’expulsion de ces individus vers la Tunisie. Ces criminels ne doivent en aucun pouvoir bénéficier des procédures réservées aux demandeurs d’asile.

Recevez, Monsieur Le Ministre de l’Intérieur, mes salutations républicaines les plus cordiales.

Michel Thooris, secrétaire général de France Police