Le syndicat France Police – Policiers en colère demande au ministre de l’Intérieur et au procureur de la République de tout mettre en œuvre pour identifier et interpeller l’auteur de l’ignoble agression de notre collègue gendarme mobile sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor

gendarme agressé paris acte 8 police gilets jaunes

La traque de cet individu ultra-violent doit être une priorité absolue et ne pas passer au second plan par rapport à la porte enfoncée du ministère de Benjamin Griveaux.

Notre syndicat ne fera jamais d’amalgame entre les Gilets jaunes pacifiques et ces émeutiers qui agressent les forces de l’ordre. Mais nous devons être intraitables avec ce type d’ordures.

Emmanuel Macron avait promis de maintenir l’ordre républicain sans complaisance.
Malheureusement, les casseurs sévissent en toute impunité tandis que des manifestants pacifiques sont trop souvent blessés, voir mutilés.

Il faudra à un moment donné se poser la question de la compétence des donneurs d’ordres sur les maintiens de l’ordre.

Pourquoi n’y a-t-il pas eu usage du LBD contre cet individu alors qu’à plusieurs reprises, cette arme de force intermédiaire, a été très largement utilisée contre des casseurs infiltrés au milieu des foules, avec les dommages collatéraux qu’on connait ?