Ex-Bac nord de Marseille : 18 collègues renvoyés devant le tribunal correctionnel sept ans après les « faits »

bac nord marseille

4000 interpellations par an pour répondre à la politique du chiffre ordonnée par le gouvernement !

La Bac nord de Marseille, considérée comme la meilleure brigade anti-criminalité de France, était une unité d’élite totalement dédiée à la gloire des statistiques.

Finalement dissous, ce service a été sacrifié sur l’autel de la carrière de quelques politiciens rapaces.. Lorsque l’affaire a éclaté en 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a aussitôt pris des arrêtés de révocation et de suspension à l’encontre des collègues suspectés.. Et pour eux, pas de présomption d’innocence !

Au gnouf ! Avec la bénédiction des syndicats de police majoritaires, ces chers représentants du personnel, toujours les premiers à vouloir laver plus blanc que blanc..

Pourtant, selon l’adage consacré, « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ».. Mais rémunérer ses indics en stups est verboten.. On pousse les collègues aux chiffres mais lorsqu’il y a un pépin, personne n’est là pour ouvrir le parapluie..

Alors que les services de renseignement ont toutes les peines du monde et si peu de moyens pour surveiller les terroristes, concernant nos collègues de la BAC Nord, les enquêteurs n’ont pas hésité à placer des micros dans les véhicules de police pour espionner les fonctionnaires, pendant que les dealers, les vrais, eux, prospèrent dans les bonnes cités marseillaises..

« Tout observateur objectif se rendra compte du fait que les charges retenues contre ces policiers ne résistent pas à une analyse sérieuse eu égard notamment à la connaissance par la hiérarchie policière des méthodes incriminées » a déclaré l’avocat de l’un des principaux collègues mis en examen.. Comme d’habitude.. Les donneurs d’ordres sont bien au chaud..

Pendant ce temps, le ministère de l’Intérieur a entériné une nouvelle commande de 40.000 grenades.. Une aubaine d’avoir 40.000 tickets gagnants supplémentaires pour avoir une chance de se retrouver derrière les barreaux..

Ce week-end, des syndicalistes ont signé une tribune dans le JDD pour lancer un appel d’urgence à Castaner pour qu’il réinvente la police..

En clair, ils demandent à être invité à un brunch à Beauvau pour faire croire aux collègues qu’ils servent à quelque chose..

On touche vraiment le fond..