10 décembre 2019 : estimation de la participation à 16h, analyse de notre système de retraites, manoeuvres syndicales grossières, prix du carburant à la pompe qui flambe.. Le syndicat France Police – Policiers en colère vous dit tout !

gendarmes mobiles

Selon nos estimations provisoires à 16h, environ 800.000 personnes étaient présentes dans les rues. * A 18h, après avoir affiné nos chiffres, nous dénombrons aux alentours de 700.000 partout en France.

Si notre système de retraites est de plus en plus déficitaire, c’est en raison de la diminution des effectifs et du chômage. En effet, dans le système par répartition, ce sont les actifs qui payent pour les retraités. Et moins il y a d’actifs, moins il y a de financements..

En orchestrant depuis des décennies des plans massifs de réduction d’effectifs dans la fonction publique et, notamment dans la police nationale, la social-démocratie a organisé la gabegie du système de financement de nos retraites.

Si dans la police nationale nous partons plus tôt en retraite, c’est en raison de la pénibilité du métier mais aussi et surtout parce que nous cotisons plus que les salariés du privé. Pour espérer partir plus tôt, nous subissons ainsi une perte mensuelle de salaire tout au long de notre carrière..

Le syndicat France Police – Policiers en colère regrette que les trois principaux syndicats de police de gardiens de la paix mobilisent actuellement les collègues exclusivement sur la question des retraites. La destruction de notre régime spécial n’est qu’une goûte d’eau dans l’océan des maux actuels de notre profession. Les revendications portées en intersyndicale le 2 octobre dernier ont été totalement occultées par les syndicats de police Alliance, Unsa-police et Unité SGP FO.. Les policiers jugeront..

Se dirige-t-on vers une nouvelle trahison des syndicats ? A l’évidence, dès que le premier ministre Edouard Philippe lâchera quelques miettes, la CFDT s’empressera de se coucher devant son maître et entraînera dans son sillage toutes les organisations professionnelles complices du pouvoir politique en place et du patronat. Nous risquons fort de ne pas échapper à la règle dans la police nationale où nous avons déjà, semble-t-il, renoncé à toutes nos revendications d’octobre dernier..

Après une année de crise des Gilets jaunes, les prix à la pompe atteignent des records. Pour faire passer la pilule, le gouvernement justifie ces hausses au nom de l’écologie punitive alors qu’une publicité sur quatre à la télévision incite les Français à acheter une voiture neuve ou d’occasion..

On nous prends vraiment pour des cons ! Bonne manifestation à toutes et à tous !

Force et honneur !