Le syndicat France Police – Policiers en colère, cinquième puissance syndicale du ministère de l’Intérieur, lance aujourd’hui un contre-Beauvau de la sécurité

Plusieurs acteurs et spécialistes de la sécurité vont participer aux travaux de ce contre-Beauvau de la sécurité et un rapport contenant une série de propositions sera rendu public avant l’été.

Le Beauvau de la sécurité organisé par l’Exécutif est une pure manœuvre de diversion visant à éteindre la légitime colère des policiers et à dissimuler aux Français la réalité de la situation sécuritaire dans notre pays. Il n’y a rien à en attendre.

Le gouvernement essaye d’enfumer les personnels des forces de sécurité comme l’exécutif l’a fait avec brio pour les Gilets jaunes en organisant une parodie de grand débat national.

Policiers nationaux, gendarmes, douaniers, personnels pénitentiaires, policiers municipaux, tous refusent la confiscation de leur parole par Yves Lefebvre, Laurent Berger et Philippe Martinez.

La récupération et l’instrumentalisation des forces de sécurité à des fins de politique politicienne par le gouvernement est tout simplement insupportable.

Le contre-Beauvau de la sécurité se veut un espace de travail libre et totalement indépendant des partis politiques. L’objectif est d’élaborer des propositions pour améliorer la sécurité des Français et les conditions de travail des personnels de sécurité.

Parmi les sept péchés capitaux, le contre-Beauvau de la sécurité se penchera notamment sur la procédure pénale et la réponse judiciaire au regard de la Cour européenne des droits de l’homme, la faillite du système carcéral, la légitime défense des policiers, le non-respect de la présomption d’innocence des policiers, l’utilisation politique des forces de sécurité notamment en opérations de maintien de l’ordre, les nouvelles menaces contemporaines (mineurs délinquants, terrorisme islamiste, narcotrafic, infiltration des mafias dans la vie publique, cybercriminalité) et sur les conditions de travail des forces de sécurité et notamment la problématique des suicides.

En fonction de l’évolution de la crise sanitaire, la presse pourra assister à une ou plusieurs réunions de travail du contre-Beauvau de la sécurité.