France Police – Policiers en colère est anéanti par l’annonce du suicide de Maggy Biskupski, présidente de la mobilisation des policiers en colère (MPC)

maggy biskupski

Notre organisation syndicale a décidé de suspendre pour trois jours la campagne électorale pour observer le deuil de notre collègue. Nous appelons l’ensemble des organisations syndicales à en faire de même.

Maggy était une jeune célibataire de 36 ans et une vraie baqueuse dotée d’une mentalité 100% police.

Elle était sous le coup d’une procédure disciplinaire interne diligentée par l’IGPN qui lui reprochait d’être sortie de son devoir de réserve pour avoir défendu les collègues au travers de son association.

Des millions de Français avaient découvert la policière, militante associative, lorsqu’elle s’était fait insulter par Yann Moix dans l’émission de Thierry Ardisson, les Terriens du samedi.

RIP Maggy.

Avec 76 antécédents judiciaires au compteur à seulement 20 ans, il fonce volontairement avec sa voiture sur les policiers : le parquet ne retient pas la tentative d’homicide

voiture police accidentée

Suite à un refus d’obtempérer, le mis en cause a volontairement percuté la véhicule administratif de nos collègues, blessant deux fonctionnaires et leur occasionnant à chacun, 5 jours d’interruption totale de travail (ITT).

Dans sa fuite, l’auteur en défaut du permis de conduire, a également endommagé trois véhicules en stationnement.

Il sera jugé aujourd’hui en comparution immédiate à Lyon pour défaut de permis de conduire, refus d’obtempérer, délit de fuite et violences volontaires sur personnes dépositaires de l’autorité publique avec arme par destination.

Pourquoi cet individu âgé de 20 ans, avec 76 faits judiciaires au compteur, est-il encore dans la nature ?

A ce stade, peut-on encore parler de simple laxisme judiciaire lorsque la récidive atteint de tels sommets ?

Malheureusement, tant qu’il n’aura pas tué un collègue ou décimé une famille toute entière sur la route, peut-on espérer une réelle condamnation pénale ?

France Police – Policiers en colère tient à présenter ses excuses à nos collègues américains du Secret Service pour l’intrusion de Femen ayant perturbé la visite du président Trump

femen paris.png

L’intrusion de militantes Femen au plus prés du cortège du président Trump est un échec majeur pour les hautes autorités préfectorales et policières.

La faiblesse du dispositif de sécurité pensé par les grosses légumes de notre Institution n’est pas à la hauteur de l’évènement international se tenant à Paris dans le cadre des cérémonies du 11 Novembre.

France Police – Policiers en colère tient à présenter ses excuses à nos collègues américains du Secret Service.

Cet incident grave n’est pas lié aux policiers et gendarmes impliqués dans le dispositif mais plutôt au dispositif lui-même, insuffisamment étanche.

Heureusement qu’il s’agissait de militantes féministes pacifistes et non d’un terroriste déterminé..

Journée zéro PV le 17 novembre : la mise au point de France Police – Policiers en colère

pv.jpg

Va-t-on rejoindre la position du SGP relative à la grève des PV le 17 novembre ?

France Police – Policiers en colère est un syndicat qui défend les personnels du ministère de l’Intérieur ainsi que les missions de sécurité intérieure exercées par notre Institution.

Pourquoi les syndicats de police et notamment le SGP, n’ont-ils pas appelé à la grève des PV pour dénoncer le lynchage médiatique de nos collègues dans l’affaire Théo ?

Pourquoi ces organisations syndicales représentatives de la police nationale n’ont-elles pas lancé une grève des contraventions pour les faits suivants :

– L’hécatombe liée à la vague de suicides de policiers et de gendarmes.

– Les assassinats terroristes ciblés de Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing à Magnanville.

– L’immolation de nos collègues à Viry-Châtillon et le lynchage des policiers à Champigny-sur-Marne à la Saint-Sylvestre.

– L’assassinat terroriste ciblé de Xavier Jugeler aux Champs-Elysées.

– Le lynchage médiatique de notre collègue affecté à la surveillance des détenus au tribunal de Paris.

– Les multiples agressions violentes de collègues, notamment comme à Hyères et à St Etienne ce mois-ci. Les chauffeurs de bus, de trains ou de métros ne se mettent-ils pas en grève lorsqu’ils sont victimes d’agressions ?

– Les multiples condamnations administratives et judiciaires de collègues, exécutés en règle parce que policiers, oui nos amis les flics, les seuls pour qui la double peine n’a pas été abolie..

– Les multiples humiliations et injustices subies par nos collègues au quotidien de la part d’une hiérarchie abjecte qui ne pense qu’à éviter les vagues pour faire évoluer l’indice de sa fiche de paie.

Où sont les syndicats de police pour dénoncer toute cette boue ?

Quand le SGP a-t-il appelé à la grève des PV pour faire entendre à l’opinion et aux pouvoirs publics la réalité de ce que subissent les flics au quotidien ?

Où est Alliance Police Nationale ? Où se cache l’Unsa-Police ?

France Police – Policiers en colère soutient les gilets jaunes, c’est très clair. Nous sommes aussi impactés par la hausse du carburant.

Mais désolé, faire baisser l’essence de 2 centimes d’euros n’est pas notre priorité numéro 1.

Notre priorité absolue, c’est défendre nos collègues et protéger leur vie en obtenant notamment une réforme de la légitime défense.

Notre priorité des priorités, c’est d’abord d’assurer la sécurité des Français au quotidien.

Nous n’avons pas le droit de grève au sein de la police nationale. Si nous devions lancer un appel à la grève comme le fait le SGP, ce ne serait certainement pas pour le prix du carburant.

Oui, ce gouvernement nous fait les poches, il mène une politique injuste. Monsieur Macron a tout raté. Oui, le gouvernement Philippe est en échec sur toute la ligne. Mais qui les a fait élire ? Qui a appelé à voter Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ? Alliance Police Nationale, non ?

Quoi qu’on pense de ce gouvernement, nous sommes des serviteurs de l’Etat et nous servirons donc l’Etat, c’est là tout notre honneur.

C’est aux électeurs de faire la révolution dans les urnes au moment des élections politiques, pas à nous, syndicats de police, entre deux tours de scrutins.

Nous critiquons rarement les autres syndicats. Nous considérons que c’est une perte de temps et que cela ne fait pas avancer les choses. Mais devant l’appel du SGP à rejoindre leur mouvement de grève à la verbalisation, nous nous devions de réagir pour expliquer clairement notre position.

France Police – Policiers en colère essaye d’abord de défendre les policiers et d’améliorer la sécurité des Français. Et c’est déjà beaucoup.

Pour conclure, un policier n’a pas besoin d’une consigne syndicale pour faire preuve de discernement en matière de verbalisations. Sauf peut-être les adhérents du SGP ?..

C’est dit.

Commémorations du 11 Novembre gravement menacées par le Black bloc : des ordres clairs doivent être donnés aux policiers

crs black bloc

Plusieurs appels lancés sur le web laissent supposer que des actions violentes seront menées demain par des membres du Black bloc en marge de la visite en France du Président Trump ainsi que de 72 Chefs d’Etats et de gouvernements.

France Police – Policiers en colère demande au ministre de l’Intérieur de s’assurer que les ordres donnés demain par la haute hiérarchie policière et préfectorale aux policiers impliqués dans le dispositif, soient bien de nature à permettre à nos collègues de protéger leur intégrité physique.

Par leur violence extrême, les casseurs du Black bloc rendent les maintiens de l’ordre particulièrement périlleux.

Trop souvent, les ordres émis par les plus hautes autorités ont été de nature à mettre l’intégrité physique de nos collègues en danger pour protéger celle des casseurs.

Face aux insurgés du Black bloc, la peur doit changer de camp. L’ordre républicain doit être maintenu, il s’agit là d’un enjeu démocratique.

Opération zéro PV le 17 novembre : gilets jaunes, si vous êtes verbalisés malgré les belles promesses, le syndicat Unité SGP Police FO règle pour vous le montant de votre amende !

pv gilets jaunes

Une seule adresse pour obtenir le remboursement de votre contravention : Unité SGP Police FO, 163 Avenue Gallieni 93170 Bagnolet.

Merci qui ? Faites circuler l’information !

PERPLEXE perplexe. #fakenews

Il s’agit bien sûr d’une blague, comme la promesse du syndicat Unité SGP Police FO qui ne sait pas comment faire le buzz pour en tirer un profit électoral le 6 décembre prochain.

Pour rappel, la majorité des contraventions sont dressées par des agents municipaux ou, comme à Paris, par des sociétés privées lorsque les infractions ne sont pas relevées par des moyens électroniques (radars automatiques, caméras).

Faire croire aux gilets jaunes qu’ils seront épargnés par les PV le 17 novembre, c’est juste les prendre pour des imbéciles et leur mentir pour récupérer à des fins électorales, une contestation sociale qui se veut apolitique et asyndical.

La condamnation de six Bonnets rouges à payer plus de 200.000 euros d’amende, sonne comme une menace à peine déguisée à l’encontre des Gilets jaunes

 

Cinq ans après les faits, la Cour d’appel de Rennes a finalement condamné six anciens manifestants du mouvement des Bonnets rouges à verser à l’État la somme de 206.777 € pour la destruction du portique écotaxe de Pontorson dans la Manche en décembre 2013.

Si notre organisation syndicale condamne naturellement les faits délictueux de destruction commis par ces manifestants, nous sommes étonnés de voir une telle condamnation pécuniaire.

Lorsque la racaille incendie dans les quartiers des bâtiments publics (écoles, bibliothèques..) ou des biens privés (véhicules, commerces..), quelles sont les sanctions pécuniaires généralement prononcées par les tribunaux ?

A combien s’élèvent en moyenne le montant des condamnations financières prononcées à l’encontre des trafiquants de drogue, lorsque sanctions pécuniaires il y a ?

De quelles amendes les casseurs du Black-bloc doivent-ils s’acquitter lorsqu’ils saccagent des rues entières ?

In fine, les condamnations judiciaires, lorsqu’elles sont prononcées, sont-elles réellement recouvertes ?

Les Bonnets rouges comme les Gilets jaunes représentent ces classes sociales moyennes, la France solvable qui se lève tôt et pour laquelle il est très dangereux d’exprimer un peu trop bruyamment sa colère, contrairement à d’autres..

#JeSuisGiletsJaunes