Kit de recours pour mutations

lumiere.jpg

Pour les collègues floués lors du dernier mouvement de mutations désireux de faire les recours légaux pour obtenir gain de cause, France Police met gratuitement à disposition de chacun un kit permettant de se défendre sans être membre d’une organisation syndicale. Les documents sont téléchargeables ci-après et libres de droit.

Merci France Police !

KIT DE RECOURS MUTATION 1 mode opératoire

KIT DE RECOURS MUTATION 2 Exemple Recours gracieux CAPN

KIT DE RECOURS MUTATION 3 Modèle de mail au médiateur

Attentat de Manchester : il n’existe pas 36 moyens de lutter contre les Kamikazes islamistes

manchester

France Police présente ses sincères condoléances au peuple britannique endeuillé par l’attaque Kamikaze perpétrée à Manchester.

Il n’existe pas 36 moyens de lutter contre des individus décidés à se faire sauter au milieu de la foule ou déterminés à commettre des tueries de masse avec à la clef un suicide by cop.

Il n’existe que trois moyens réels de lutter contre les Djihadistes. Soit neutraliser les terroristes avant qu’ils ne passent à l’acte. Soit les écarter de la société en les plaçant en détention. Soit les expulser pour qu’ils aillent se faire sauter ailleurs et notamment en Syrie ou en Irak.

L’opinion publique n’étant pas prête à accepter la première solution (bien que François Hollande ait autorisé des exécutions ciblées), il faut donc incarcérer les Français en lien avec la mouvance radicale et expulser ceux qui ne sont pas Français.

Le Syndicat France Police demande au président Macron de rompre avec la faiblesse et la lâcheté du gouvernement socialiste précédent qui n’a pris aucune mesure réellement efficace durant cinq années pour lutter contre le terrorisme.

L’action du député socialiste Sébastien Pietrasanta, renvoyé au demeurant en correctionnel pour concussion, a été nullissime. La commission dont il a été rapporteur n’a servi à rien.

La seule philosophie de cette commission a été de tenter de faire avaler à l’opinion publique l’idée qu’il fallait accepter de vivre avec le terrorisme et compter nos morts.

La guerre contre des Etats voyous comme l’Iran doit être totale mais la pacification du Moyen-Orient prendra des décennies, si un jour elle aboutit.

La France ne peut pas attendre. Notre Nation doit prendre des mesures urgentes au plan national pour protéger dès maintenant la vie nos compatriotes.

Il est indispensable d’empêcher le retour sur notre sol des Français partis combattre à l’étranger au nom de Daesh, y compris par la déchéance de leur nationalité. Leur retour en France conduira à un bain de sang.

-

Le syndicat France Police souhaite bienvenu à notre nouveau Ministre de l’Intérieur monsieur Gérard Collomb

collonb.jpg

Notre organisation syndicale prend acte de la nomination de Monsieur Gérard Collomb au Ministère de l’Intérieur.

Il s’agit incontestablement d’une personnalité politique expérimentée.

Une délégation France Police demande dès aujourd’hui à être reçue en audience par notre nouveau Ministre pour lui faire part de nos revendications et relayer sans le déformer le malaise actuel des personnels de la police nationale et du ministère de l’Intérieur.

Les promesses de réformes du candidat Macron dans sa lettre ouverte adressée aux policiers le 28 avril dernier constituent à l’évidence une base et une piste de travail.

Aujourd’hui aux affaires pour cinq années, nous espérons voire rapidement s’appliquer des réformes qui ne peuvent plus attendre tant la situation est cataclysmique.

Par ailleurs, nous demandons dès aujourd’hui à notre Ministre d’ouvrir le dialogue social à toutes les organisations professionnelles syndicales et associatives.

Restreindre le dialogue social aux seuls syndicats dits « majoritaires » serait d’emblée un mauvais signal envoyé aux policiers.

Nous sommes tous désireux de travailler pour le bien-être des policiers et la sécurité des Français.

Le Syndicat France Police félicite monsieur Emmanuel Macron pour son élection à la Présidence de la République

resultats 2017 elysée.png

Les Français se sont clairement exprimés, librement et démocratiquement, en ce dimanche 7 mai 2017 en élisant Emmanuel Macron à l’Elysée.

Très attaché à la démocratie et à la tradition Républicaine, le syndicat France Police reconnaît la nette victoire du candidat d’En marche ! et félicite monsieur Macron pour son élection.

Le Syndicat France Police ne partage pas la sensibilité politique d’Emmanuel Macron.

Notre organisation syndicale restera en conséquence un partenaire social d’opposition dans le quinquennat à venir mais notre opposition se fera dans un esprit constructif sans dogmatisme.

Seuls la défense des intérêts matériels et moraux des personnels du Ministère de l’Intérieur nous importe.

Le Syndicat France Police a bien pris note du courrier de monsieur Macron adressé aux policiers le 28 avril dernier. Nous serons particulièrement attentifs à ce que les belles promesses faites sous la plume de notre nouveau Président de la République ne restent pas lettre morte.

Une véritable réforme de la légitime défense qui permette au policier de protéger son intégrité physique et celle d’autrui, un allègement de la procédure pénale et le rétablissement d’une chaine pénale répressive qui incarcère la vermine sont autant de chantiers urgents à mettre en œuvre dès demain.

La sécurité des Français et le bien être au travail des personnels de la police nationale sont le symbole d’une démocratie en bonne santé.

Fidèles à notre engagement Patriotique et Républicain, la Police Nationale est prête à continuer à servir avec fierté la Nation, dans l’honneur et la dignité, sous l’autorité de notre nouveau Président de la République.

En retour de notre engagement sans faille allant parfois jusqu’au sacrifice ultime, l’Etat se doit de protéger ses policiers qui sont aussi des citoyens, mères et pères de familles.

lettre macron 1

lettre macron 2

Le quinquennat de François Hollande s’achève par l’immolation d’un CRS ; tout un symbole..

CRS brulé 010517

L’image de notre collègue en flamme à Paris ce 1er mai résume en un cliché ce qu’a produit le socialisme après cinq années de gouvernance.

Campagne oblige, lors de son meeting à la Porte de La Villette, Emmanuel Macron a immédiatement rendu hommage à nos collègues CRS gravement blessés.

Un court instant a cessé l’instrumentalisation des affaires Théo, Rémi Fraisse, Shaoyao Liu, Adama Traoré, Zyed et Bouna et autres Amine Bentounsi.

Exit les tracts haineux de la sacro-sainte CGT contre les forces de l’ordre et les appels à la violence lors des manifestations de gauchistes aux cris de « tout le monde déteste la police ».

Dans un moment théâtral de prétendue concorde, le candidat d’En marche a fait applaudir nos collègues CRS par la salle.

Mais en réalité, qu’a applaudi cette foule de gauche ?

La souffrance de nos collègues dans leur chair ?

Ce que beaucoup ont applaudi, c’est plutôt ce qu’ils considèrent être comme une mission de maintien de l’ordre réussie.

Peu importe les blessés du côté des forces de l’ordre, l’essentiel étant qu’il n’y ait pas de blessé du côté des émeutiers.

Car ce qui compte pour une certaine opinion publique de gauche, ce n’est pas l’épiderme d’un CRS resté collé à sa tenue de maintien de l’ordre mais c’est au contraire exclusivement la préservation de l’intégrité physique des casseurs.

Au moindre ongle retourné lors d’un jet de cocktail Molotov, c’est bien l’émeutier qui devient victime et le CRS qui se transforme en coupable.

Un CRS immolé, c’est un bon CRS qu’on applaudi. Un CRS qui s’est défendu en état de légitime défense, c’est un mauvais CRS qu’on accuse de bavure policière. C’est ça la gauche Taubira !

Mais les CRS n’en ont que faire d’être applaudis lorsqu’ils sont sur le carreau.

Ce que les CRS attendent des politiciens, c’est qu’ils leur donnent le droit juridique de se défendre face à des jets d’engins incendiaires qui visent à tuer ou blesser gravement des serviteurs de l’Etat.

Ce que les policiers attendent, c’est une justice qui poursuive et condamne les auteurs de tels crimes à des peines lourdes de réclusion criminelle prononcées en Cour d’assise.

Ce qu’attendent les forces de l’ordre, c’est que la société cesse d’être du côté des casseurs contre sa propre police Républicaine.

La seule réponse de monsieur Macron aux violences commises contre les forces de police consiste à augmenter les effectifs. Il est vrai qu’il faut bien remplacer la chair à canon sacrifiée sur l’autel d’une politique de gauche en matière de sécurité.

L’extrême-gauche a d’ores et déjà annoncé la couleur, si Emmanuel Macron est élu, ces agitateurs professionnels bloqueront immédiatement le pays, dès la première tentative de réforme, par des grèves et des manifestations.

En cas de victoire de la gauche ce dimanche, nous devons donc nous attendre dans le prochain quinquennat à des troubles à l’ordre public inégalés et à un accroissement sans précédent du niveau de la violence à notre encontre.

Monsieur Macron, le fils caché de François Hollande et de Ségolène Royal, ne nous donnera pas les moyens juridiques de nous défendre face aux émeutiers et aux terroristes, c’est une certitude.

En conséquence, le syndicat France Police considère que l’élection ce dimanche d’Emmanuel Macron ouvrirait des perspectives particulièrement funestes pour les personnels de la police nationale.

Contrairement à Alliance Police Nationale, le Syndicat France Police appelle à nouveau très clairement à faire barrage au candidat d’En Marche, il en va de l’intérêt de notre Institution et de ses personnels.