Policière de la fluviale disparue : une quête en ligne est ouverte

amandine

Suite à l’accident de plongée ayant coûté la vie à Amandine le 5 janvier dernier, les collègues ou les particuliers souhaitant faire un petit geste pour sa famille endeuillée peuvent participer à la quête mise en ligne à l’initiative de l’amicale des policiers de la brigade fluviale. Merci à toutes et tous de votre participation. Cliquez sur l’image pour faire un don ! https://www.leetchi.com/c/mandie-le-reve-d-une-vie

Et encore une petite réunion Tupperware à Beauvau..

sfp policiers en colere.png

Face au cataclysme traversé par la police nationale, la seule réponse du ministère de l’Intérieur depuis 20 ans, c’est encore et toujours la réunion Tupperware.

L’une des maladies dont souffre notre Institution vient d’être enfin isolée par des chercheurs, il s’agit de la réunionite aigüe.

Cette terrible bactérie sévissant depuis 20 ans Place Beauvau a systématiquement contaminé les différents locataires y ayant séjourné.

Assassinats de collègues, vagues de suicides, terrorisme, manque de moyens, ras-le-bol policier, tsunamis d’arrêts maladie.. A chaque crise, sa réunion Tupperware.

Depuis deux décennies, nos commerciaux de la Place Beauvau nous vendent les mêmes breloques en plastique. Et ils peuvent compter sur les syndicats majoritaires pour assurer le service après-vente.

Des « Hussards de la République » lancé par Chevènement en 1997 à notre Canonisation lors des attentats de Charlie Hebdo en 2015, nos politiciens ne trouvent plus les mots pour dire tout leur amour de la police.

Sauf qu’en coulisses, la seule obsession des pouvoirs publics est de laver plus blanc que blanc l’Institution police.

Pendant ce temps, rien qu’en Seine-Saint-Denis, le trafic de stupéfiants génère un chiffre d’affaire annuel dépassant le milliard d’euros. Une cage d’escalier à Marseille peut rapporter jusqu’à 50.000 euros par jour.

Si la petite entreprise des dealers ne connait pas la crise, les flics eux la connaisse.

Plutôt que de donner les moyens à la police et à la justice d’éradiquer la vermine et de saisir les avoirs criminels, beaucoup de nos politiciens ont préféré mener la politique des grands frères, consistant à donner un pouvoir politique et social au caïd de la cité.

Cette entente entre politique et gangstérisme n’a pas pour but d’éradiquer le trafic mais simplement de le rendre moins visible.

La prétendue paix sociale engendrée par cette politique ne garantie aucunement la paix pour les habitants de ces quartiers pris en otage par la racaille mais surtout elle rend le travail des policiers impossible et participe à la diffusion et au financement du terrorisme islamiste.

La problématique sécuritaire en France n’est pas liée à la police mais bien à l’absence de saisie des avoirs criminels et à une réponse carcérale trop faible. Mettre un coup de peinture dans un commissariat ne règlera rien..

France Police Policiers en colère vous présente ses meilleurs voeux

voeux 2018 france police

« Les traditions sont faites, à mes yeux, et d’une façon indissoluble, à la fois pour être maintenues et pour être bousculées. »

C’est par cette pensée de Jean d’Ormesson que votre syndicat France Police – Policiers en colère, voulait vous présenter ses meilleurs voeux pour cette année 2018.

L’occasion également de rendre hommage à l’Académicien Jean d’Ormesson qui nous a quitté en 2017.

Nous n’oublierons jamais les positions courageuses prises par Jean d’O en juin 1983 alors que nos collègues manifestaient suite aux assassinats avenue Trudaine à Paris des policiers Emile Gondry et Claude Caiolla par des terroristes d’Action Directe.

Sur les ondes de France Inter, l’écrivain, polémiste et journaliste, n’a pas hésité à accuser la gauche de moins se soucier des flics que des voyous.

Trente cinq ans plus tard, le constat de Monsieur Jean d’Ormesson reste plus que jamais d’actualité.

Suite au lynchage de nos collègues à Champigny-sur-Marne, le syndicat France Police – Policiers en colère saisit le CSA pour dépôt de plainte contre la rédaction de France 2

champigny policière

Monsieur Le Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel,

Lors du 20h du 1er janvier 2018 sur France 2, la rédaction a décidé de ne pas diffuser la vidéo montrant nos collègues se faisant lyncher à Champigny-sur-Marne dans la nuit de la Saint-Sylvestre.

Le syndicat France Police – Policiers en colère considère le choix de la chaîne de service public comme étant contraire à la déontologie de cette profession.

La non-diffusion de cette vidéo est de nature à tromper l’opinion publique en minimisant la gravité des faits et la réalité de la violence subie quotidiennement par nos collègues ; le poids des mots et le choc du son et des images.

Monsieur Le Président Schrameck, j’attire votre attention sur l’iniquité de traitement entre l’affaire de Champigny-sur-Marne et l’affaire dite « Théo » dans laquelle une vidéo supposée montrer des violences commises par des policiers sur un jeune de banlieue issu de l’immigration a été diffusée sans aucune précaution ni prudence par toutes les rédactions, y compris France 2.

L’argument fallacieux qu’utilisera probablement la rédaction de France 2 pour justifier son choix de censure de cette vidéo, sera de dire sa volonté de ne pas encourager les violences contre les policiers en montrant de telles images.

Or, cet argument ne résiste pas à l’examen. Pour comprendre notre société, si l’opinion publique a besoin de voir la vidéo de l’interpellation musclée de « Théo », elle a tout autant besoin de voir la réalité du lynchage de nos collègues par le son et l’image pour comprendre la problématique sécuritaire à laquelle est confrontée notre Nation.

C’est pourquoi France Police – Policiers en colère dépose plainte auprès du CSA contre France 2 pour cette censure de nature à désinformer l’opinion publique.

Recevez, Monsieur Le Président Schrameck, l’expression de mes salutations les plus cordiales.

Michel Thooris, secrétaire général de France Police – Policiers en colère.

Après Viry c’est Champigny ! Emmanuel Macron doit agir par ordonnances face à la racaille

video champigny policière.png

Suite au lynchage de nos collègues à Champigny-sur-Marne cette nuit, France Police demande une véritable réforme de la légitime défense des policiers.

Face à de telles violences pouvant entraîner des blessures permanentes ou la mort, le législateur devrait clairement permettre au policier de faire usage de son arme administrative.

Des coups portés en réunion à des points vitaux d’un policier, notamment à la tête, devraient autoriser celui-ci à se défendre en état de légitime défense au moyen de son arme de service.

Or, l’intégrité physique de la racaille est plus précieuse que celle des policiers.

De grandes démocraties comme les Etats-Unis, le Brésil ou Israël ne tolèreraient pas le centième de la violence subie quotidiennement par les forces de police française.

Au-delà de la condamnation politique de l’exécutif qui ne tardera pas, ce sont des actes législatifs que les policiers attendent, y compris par ordonnances.

France Police lance un grand jeu-concours !

bastion pj paris

Le Bastion, nouveau siège de la PJ parisienne, vient d’être rebaptisé par les collègues ! Il s’appelle désormais « le frigérarium »..

Malgré les multiples interventions syndicales, la température des locaux ne dépasse toujours pas les 16°C.

Après avoir détruit la police judiciaire par des réformes exclusivement destinées à protéger les mis en cause au détriment de la manifestation de la vérité, les pouvoirs publics lancent maintenant l’opération « âge de glace ».

Objectif ? Refroidir les collègues en surchauffe suite à l’alourdissement des procédures..

Les mauvaises langues affirment même que seules les cellules de gardes à vue sont convenablement chauffées..

France Police offre au collègue qui fera le plus bas relevé de température dans un local de police partout en France, un kit hiver composé d’un bonnet, d’une écharpe et d’une paire de gans !

Vous avez jusqu’au 15 mars 2018 pour jouer ! A vos thermomètres ! Envoyez vos photos de relevé de température sur francepolice@gmail.com

Des policiers fiers d’avoir fait proprement leur travail, inacceptable pour une certaine élite intellectuelle

policiers rio.jpg

A Rio, plutôt que de se féliciter de l’arrestation du caïd de la favelas de Rocinha, les bien-pensants s’offusquent d’une photo postée sur les réseaux sociaux par nos collègues brésiliens.

Des policiers fiers d’avoir fait proprement leur travail, inacceptable pour une certaine élite intellectuelle.

France Police félicite nos collègues pour cette superbe interpellation !