Coronavirus : alors que la Chine a construit deux hôpitaux en un temps record, la France est incapable de fournir masques, gants et désinfectant aux policiers ! Pire, en mobilisant 100.000 forces de l’ordre dans les rues, on augmente le risque de propagation du COVID-19 !

visuel_covid19

D’après nos informations, les cas de contaminations au sein de la police nationale se multiplient à vitesse grand V.

Pourtant, nos collègues ont reçu l’ordre de contrôler systématiquement les attestations de déplacement dérogatoire et, le cas échéant, de verbaliser les contrevenants. Problème ? Les policiers et gendarmes contrôlent le public sans masque ni gant de protection.

Les contacts directs entre policiers et citoyens lors des contrôles sont de nature à favoriser la propagation de la pandémie.

En conséquence, le syndicat France Police – Policiers en colère exige en urgence les mesures suivantes :

1. Doter immédiatement les policiers en matériel de protection en quantité suffisante (gants, masques et désinfectant).

2. Suspendre sans délai toutes les missions de police non-urgentes.

3. Déployer sur la voie publique le strict minimum nécessaire des effectifs de police et de gendarmerie.

4. Maintenir au domicile en autorisation spéciale d’absence les policiers dont la présence au service n’est pas absolument essentielle. Ces effectifs en stand-by seront utiles pour remplacer les collègues contaminés au fur et à mesure.

5. Fermer tous les commissariats de quartiers à l’exception des commissariats centraux.

6. Accueillir le public uniquement sur rendez-vous et interdire les visites dans les centres de rétention administrative.

7. Dépister de manière aléatoire les policiers pour détecter les porteurs asymptomatiques du COVID-19.

Le patient zéro aurait été identifié le 17 novembre en Chine. Il aura fallu attendre quatre mois pour que la France prenne enfin des mesures sérieuses pour combattre la pandémie alors que selon Agnès Buzyn le gouvernement avait été alerté dès janvier de la gravité de la situation.

Une fois de plus, les policiers sont en première ligne avec les personnels soignants pour faire face à une situation digne d’un film catastrophe. Nous ne sommes pas prêts. Mais comme toujours nous improviserons et inventerons.

Le syndicat France Police – Policiers en colère invite les Français à rester chez eux et à ne pas sortir. Le coronavirus n’est pas une mauvaise grippe mais bien une maladie grave susceptible d’entrainer des complications mortelles, y compris chez des patients parfois jeunes.

policiers malades coronavirus

Affaire Griveaux : lorsque la vie privée des policiers est bafouée, tout le monde s’en moque mais lorsqu’il s’agit d’un politicien, l’Establishment est scandalisé..

griveaux vie privéecopwatch

Notre syndicat de police condamne très fermement l’atteinte à la vie privé dont a été victime Benjamin Griveaux mais nous nous étonnons du deux poids, deux mesures.

Lorsque les policiers sont victimes de graves atteintes à leur vie privée (Copwatch et consorts), tout le monde s’en fiche éperdument. En revanche, lorsqu’il s’agit d’un politicien, tout le monde se scandalise.

Pourquoi la vie privée d’un politicien serait-elle plus précieuse que celle d’un policier ou de tout autre citoyen ?

Des milliers de policiers blessés ou qui se sont suicidés, des dizaines de mutilés, une France au bord de la guerre civile.. et ça ricane du côté de l’Elysée..

1290219-2020-01-30_17-06-54

Au lieu d’appaiser les fractures qu’il a lui-même créé, le chef de l’État s’amuse des conséquences liées à la gestion du maintien de l’ordre par l’exécutif.

La caricature imprimée sur ce tee-shirt résume à elle seule ce qu’a produit la macronie : monter la population contre sa police et instrumentaliser les forces de l’ordre pour écraser les français en désaccords avec la politique gouvernementale..

Rire d’un sujet aussi grave démontre le degré de déconnexion des politiciens par rapport au réel.

Si notre profession est devenue un paillasson sur lequel tout le monde peut s’essuyer les pieds, c’est bien à cause des syndicats de police qui refusent d’instaurer un rapport de force entre notre Institution et l’Establishment.

Les syndicats de police, tous macronistes jusqu’à l’os, s’offusquent de l’attitude du chef de l’État alors qu’ils soutiennent de manière inconditionnelle l’executif et écrasent systématiquement toute contestation sociale dans nos rangs.

Écoeurant.

GLI F4 : Christophe Castaner annonce le « retrait immédiat » d’une grenade qui n’est plus commandée depuis deux ans et alors même que les stocks sont probablement épuisés..

castaner gli F4 police gendarmerie

Depuis 2017, la société Alsetex à Précigné dans la Sarthe a probablement cessé la production de la GLI F4. La grenade controversée à base de TNT a été remplacée par un autre modèle ne contenant pas d’explosif, la GM2L.

La disparition de la GLI F4 n’est donc pas un scoop !

Depuis 2018, le ministère de l’Intérieur annonce de manière constante que la GLI F4 n’est plus commandée, tout en précisant que la grenade sera utilisée jusqu’à épuisement des stocks.

Et vu l’usage massif de cette grenade « miracle » contre les Gilets jaunes, il y a fort à parier que les stocks sont vides..

Ce qui pose problème, ce ne sont pas les armes en elles-mêmes (LBD 40) mais bien leur usage.

Le syndicat France Police – Policiers en colère réclame en vain depuis plus d’un an que la justice précise si les ordres donnés par les Préfets de faire usage des LBD 40 et des GLI F4 pour disperser de simples attroupements, respectent le principe de proportionnalité..

Mais étonnamment, des avocats préfèrent exiger la tête d’un policier ayant lancé un pavé ou ayant fait un croche-pied plutôt que d’interroger la justice sur la gestion des maintiens de l’ordre par le gouvernement..

Pour rappel, depuis 2018, 17,5 millions d’euros sur 4 ans doivent être consacrés à fournir la police et la gendarmerie en grenades lacrymogènes et en lanceurs.

Sous Emmanuel Macron, la police nationale est devenue un paillasson sur lequel tout le monde peut s’essuyer les pieds..

violences policières castaner macron

Le chef de l’Etat a déclaré attendre des policiers et des gendarmes la plus grande déontologie et a chargé Christophe Castaner de faire des propositions très concrètes.

Quid de la déontologie de nos politiciens français dont beaucoup sont dans le viseur de la justice ? Christophe Castaner est-il le réellement le mieux placé pour faire des propositions en matière de déontologie alors que l’ONU réclame une enquête pour usage excessif de la force contre les Gilets jaunes ?

Le 16 octobre 2001 au Plessis-Trévise, Jean-Claude Bonnal dit « le chinois » avait abattu deux policiers et gravement blessé un troisième. Cette affaire avait légitimement déclenché des manifestations massives de policiers. Le mot d’ordre était « plus jamais ça ».

Dix-huit ans plus tard, des crevures roulent volontairement avec un fourgon sur la tête d’un collègue et le tuent.. Les réactions ? Deux lignes dans la presse.. Aucun hommage national rendu pour le collègue tombé au champ d’honneur et silence radio du côté des policiers et de leurs merveilleux syndicats.. Tuer un flic est devenu banal..

En ce moment, ce qui préoccupe tout le monde, c’est une affaire de croche-pied d’un policier à une manifestante. Si ce geste est évidemment critiquable, cela reste du niveau d’une cour de maternelle.

Des violences individuelles selon le gouvernement.. En clair, l’exécutif n’est pas responsable.. Pourtant, c’est bien la Macronie qui a ordonné aux policiers de faire usage des LBD40 et des GLI F4 contre les manifestants.. C’est bien l’exécutif qui traite les manifestants de preneurs d’otages lorsqu’il ne les compare pas aux Talibans..

Le gouvernement laisse faire les Black Blocs.. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Linda Kebbab elle-même.. A qui profite le crime ?

Faire monter la mayonnaise entre forces de l’ordre et manifestants, c’est tout un art.. Celui de la politique.. Et lorsqu’il y a de présumées bavures, ce n’est pas la faute de la Macronie, il s’agit de violences individuelles de la part de vilains policiers..

Que politiciens, médias et associations continuent à s’essuyer leurs Bertulti sur nos gueules.. Apparemment, c’est pour cela qu’on nous paye..

Lors des voeux du ministre Castaner, la Macronie nous rejoue le vieux sketch du pompier pyromane alors que nos collègues tombent comme des mouches, jour après jour..

voeux castaner 2020 éthique violences policières rio syndicats de police gendarmerie.png

Après avoir encouragé les policiers à toujours plus de répression contre les Français en désaccord avec sa politique, le gouvernement souffle le chaud et le froid (sa spécialité maison)..

Après avoir fait monter la haine contre les manifestants, désignés comme des séditieux et des factieux, comparables aux Talibans, l’exécutif s’en prend désormais aux vilains policiers qui ne portent pas leur R.I.O en manifestation..

« On ne fait pas de croche pied à l’éthique. » C’est le message adressé par Christophe Castaner lors de ses voeux aux policiers. A propos d’éthique, où en est l’enquête réclamée par l’ONU sur l’usage excessif de la force par le gouvernement contre les Gilets jaunes de la première heure ?

Arrestations préventives, parcage de manifestants sur la voie publique durant des heures, consignes aux OPJ de placer systématiquement en garde à vue les manifestants conduits au poste, usage des LBD40 et des GLI F4 pour disperser les attroupements.. Et la liste n’est pas exhaustive..

Avec une telle gestion des maintiens de l’ordre, parler éthique ne manque pas de sel.. A propos d’éthique, nos politiciens montrent-ils l’exemple ?

Déjà une condamnation, dix mises en examen et six enquêtes en cours du côté de la Macronie (Laabid, Bayrou, Goulard, De Sarnez, Nardella, Solère, Ferrand, Bennala, Crase, El Guerrab, Girier, Bridey, Flessel, Nyssen, Kohler, Pénicaud). Marine Le Pen mise en examen pour abus de confiance et détournement de fonds publics sans parler de l’affaire « Jeanne ». Mélenchon visé par deux instructions. Balkany en prison.. Guéant condamné. Sarkozy renvoyé en correctionnelle pour corruption dans l’affaire des écoutes. L’ancien chef de l’Etat doit également être jugé dans l’affaire Bygmalion et reste mis en examen pour le financement libyen de sa campagne 2007..

Il ne s’agit ici que d’un bref aperçu de nos donneurs de leçons, exemples de moral et de vertu, toujours prompts à s’ériger en procureurs contre une police sans qui, ils n’auraient pu se maintenir dans leurs fonctions politiques si longtemps..

Pendant que politiciens et médias instrumentalisent la police nationale à des fins personnelles, notre collègue qui s’est fait rouler dessus à Bron est décédé dans l’indifférence générale tandis que deux autres policiers viennent de se suicider (une collègue féminine à St Nazaire et un fonctionnaire masculin à Rennes)..

Où sont les syndicats de police pendant ce temps-là ? Chez Castaner à se goinfrer de petits fours..

A vomir..