Retraites : les syndicats de police disent amen à la lettre d’enfumage de Castaner !

Les syndicats de police ont une nouvelle fois trahi les collègues ! Mais cette fois-ci, ils ont également trahi l’ensemble des Français en soutenant une réforme dont même les confédérations syndicales les plus inféodées à la Macronie ne veulent pas !

Non seulement les syndicats de police plébiscitent cette ignoble réforme des retraites mais, de surcroît, ils ont éteint toutes les autres revendications des personnels de la police nationale !!!

Suicides, management, cycles horaires, conditions de travail, politique du chiffre, heures supplémentaires, travail de nuit, impunité des délinquants, légitime défense, ordonnance de 1945.. Aux oubliettes !!!

Collègues ! Découpez vos cartes syndicales et jetez-les au feu ! A vomir !

Les syndicats de police affirment avoir sauvé le régime spécial des policiers. Vraiment ?

Le syndicat France Police – Policiers en colère analyse pour vous la lettre de Christophe Castaner !

Dans ce courrier daté du 14 décembre, le ministre de l’Intérieur affirme : « les policiers (…) continueront (…) à bénéficier des dérogations à l’âge de départ à la retraite de droit commun. Par ailleurs, le projet de loi ne modifiera pas les limites d’âge actuellement en vigueur ».

Si Christophe Castaner parle de maintenir « des dérogations à l’âge de départ à la retraite », il n’écrit pas noir sur blanc que cet âge restera 52 ans ! Selon le ministre, la limite d’âge actuellement en vigueur de 57 ans ne sera pas modifiée.. Vraiment ?

A s’en tenir à ces premières lignes, l’instauration du régime universel n’aurait donc absolument aucun impact sur la retraite des policiers.. Sauf que..

Un peu plus loin, Christophe Castaner écrit : « la réforme s’appliquera, s’agissant des nouveaux recrutements, aux agents nés après 2004. Pour les autres agents, elle s’appliquera le 1er janvier 2025 et concernera (…) les membres du CEA et du CC nés à partir de 1985 ».

Mais de quelle réforme parle-t-on ??? Qu’est-ce qui va s’appliquer à nos collègues nés à partir de 1985 puisque, soit disant, rien ne change pour les policiers ???!!!

Sur la bonification d’ancienneté du 1/5e, Christophe Castaner promet qu’elle « sera remplacée par une surcotisation de l’employeur, pour garantir le niveau moyen actuel des pensions ». En clair, la bonification du 1/5e disparait !

Au moment du départ, que le pourcentage de la pension soit calculé en trimestres ou en points, les policiers ne bénéficieront plus des fameuses cinq années de cotisations gagnées tout au long de leur carrière !!!

Pour atteindre les 172 trimestres nécessaires au taux plein, il faudra travailler 43 années pleines ! Un policier entré à 24 ans dans la police nationale atteindra le taux plein à 67 ans !

Il faudra alors s’en remettre à une prétendue surcotisation de l’Etat pour éviter que notre manque de trimestres ou de points au moment du départ, n’impacte trop le montant de notre pension ! Ubuesque !

Quid du mode de calcul des pensions ??? Sur les six derniers mois ? Sur les 25 meilleures années ? Sur la carrière complète ? Mystère..

Aux oubliettes également la retraite anticipée ! Un policier qui aura atteint 27 années de services actifs sans avoir l’âge légal de départ à la retraite pourra aller bosser ailleurs s’il veut. Mais en aucun cas il ne pourra faire valoir immédiatement ses droits à la retraite anticipée !

Soit les syndicats de police ne savent pas lire, soit ils sont de mauvaise foi et font sciemment le jeu du gouvernement pour accompagner une réforme qui impactera un peu plus la qualité de vie des personnels du ministère de l’Intérieur. Dans les deux cas, ils nous prennent pour des cons..

Le syndicat France Police – Policiers en colère appelle les dissidents des syndicats de police en désaccords avec leurs organisations syndicales à nous rejoindre pour étudier ensemble les possibilités de poursuivre la lutte. Nous lançons également cet appel aux associations de collègues.

Courage à toutes et tous ! Force et honneur !

castaner retraitescastaner retraite 2castaner 3

Trahison ! Champions du monde ! Les syndicats de police sont les premiers à se coucher devant le gouvernement sans aucune garantie sur le dossier des retraites !

syndicats de police castaner retraites.png

Au nom de l’intersyndicale, Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police Force Ouvrière, vient d’annoncer que le mouvement social dans la police nationale était suspendu !

Jusqu’aux dernières nouvelles, le syndicat France Police – Policiers en colère faisait partie de l’intersyndicale.. Sauf que les syndicats de police macronistes ne nous ont pas demandé notre avis et parlent en notre nom au titre d’une intersyndicale de façade !

Suite à cette annonce unilatérale, le syndicat France Police – Policiers en colère claque évidemment la porte de cette pseudo intersyndicale !

Nous appelons les collègues à cesser immédiatement le mouvement social comme le demandent Unité SGP Police FO, Alliance Police Nationale et l’Unsa-Police.

Collègues ! Vous avez élu ces types pour vous défendre.. Vous avez les représentants que vous méritez !!! Même la confédération CFDT qui sert pourtant de courroie de transmission à la social-démocratie dans le monde du travail, n’a pas encore reculé sur les retraites..

Collègues ! Ce qu’on vous promet aujourd’hui oralement sera détricoté demain et vous crèverez au travail ! Car ce que reprochent les politiciens aux policiers, c’est de vivre plus vieux !

Les syndicats de police vous vendent une victoire sauf que le 2 octobre dernier nous étions 27.000 à défiler dans les rues pour toute une série de revendications et pas seulement pour nos retraites !

Cocus vous avez été hier en décembre 2018 avec le fameux protocole d’accord.. Cocus vous êtes à nouveau aujourd’hui avec les retraites. Cocus vous serez demain encore.. Et par qui ? toujours les mêmes !

Découpez vos cartes syndicales et jetez-les au feu ! ! ! De toutes façons, les CAP perdent leurs pouvoirs de mutations et d’avancements ! ! ! Demain, vous n’aurez plus besoin de payer un timbre syndical pour évoluer dans votre carrière ! ! ! C’est l’administration qui décidera seule pour votre grade ou votre mutation..

Nous verrons comment il est possible de poursuivre la lutte après cet énième coup de couteau dans le dos ! On vous tient au courant !

Force et honneur !

Fameuses annonces d’Edouard Philippe : le premier ministre droit dans ses bottes pour tondre les Français !

edouard philippe

Destruction du système de retraites, flambée du prix des carburants, installation d’une nouvelle génération de radars fixes sur les routes.. Malgré l’hostilité d’une majorité de la population à l’égard de sa politique, la Macronie poursuit son travail d’appauvrissement de la France qui travaille.

Les seuls à se réjouir des annonces du premier ministre sont toujours les mêmes ; le Medef, Bruxelles et le CAC 40..

Le syndicat France Police – Policiers en colère reste totalement solidaire du mouvement social contre la réforme des retraites à l’échelle nationale.

Au niveau du ministère de l’Intérieur, il n’y a pas que notre régime spécial à sauver ! Notre syndicat se bat également pour la retraite des personnels administratifs, techniques et scientifiques, eux qui souffrent tout autant que nous les actifs.

Si notre organisation regrette que les syndicats de police ne se battent plus que sur la seule thématique des retraites en ayant totalement occulté les autres revendications, nous appelons néanmoins nos collègues à poursuivre les actions communes avec les syndicats de police de l’establishment. Nous ne devons faire aucun cadeau à ce gouvernement.

Les adhérents doivent faire pression sur leurs organisations syndicales pour exiger d’étendre le champ des revendications, notamment sur le terrain du pouvoir d’achat. La question des retraites n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des souffrances des personnels.

On continue ! On ne lâche rien ! Force et honneur !

radar tourelleprix carburant

Les syndicats de police En Marche pour se coucher devant Castaner !

tract intersyndicale police nationale.png

Actualité oblige ! La réforme des retraites mise sur le devant de la scène médiatique a été l’occasion rêvée pour les syndicats de police de faire oublier le malaise policier..

Le triumvirat Unité SGP Police FO, Alliance Police Nationale et Unsa-Police mobilise désormais exclusivement les collègues que sur la seule revendication des retraites !

Quid des suicides dans la police nationale, de la politique du chiffre, du management, des heures supplémentaires, des cycles horaires, des conditions de travail et d’une réponse pénale mieux adaptée ? Aux oubliettes !

Nous vivons dans la police nationale ce que les Gilets jaunes, les vrais, pas les casseurs, vivent eux aussi en se joignant aux manifestations organisées par les confédérations syndicales : ils ne défilent que pour la thématique retraite pendant que le prix des carburants flambe à la pompe !

Le syndicat France Police – Policiers en colère appelle néanmoins nos collègues à la poursuite de la mobilisation aux côtés des syndicats de l’establishment. Nous ne voulons pas rajouter de la division à la division et faire le moindre cadeau à ce gouvernement.

Mais nous ne sommes pas dupes des manoeuvres syndicales grossières qui visent à faire croire à nos collègues qu’on les défend alors qu’on leur plante à nouveau un couteau dans le dos !

Nous appelons les policiers à faire pression sur leurs organisations syndicales respectives pour que soit remise à l’ordre du jour l’intégralité des revendications portées le 2 octobre dernier.

Les autres manifestants seraient bien inspirés d’en faire autant auprès de la CGT et consorts pour élargir le champ des revendications au pouvoir d’achat par exemple..

Force et honneur !

10 décembre 2019 : estimation de la participation à 16h, analyse de notre système de retraites, manoeuvres syndicales grossières, prix du carburant à la pompe qui flambe.. Le syndicat France Police – Policiers en colère vous dit tout !

gendarmes mobiles

Selon nos estimations provisoires à 16h, environ 800.000 personnes étaient présentes dans les rues. * A 18h, après avoir affiné nos chiffres, nous dénombrons aux alentours de 700.000 partout en France.

Si notre système de retraites est de plus en plus déficitaire, c’est en raison de la diminution des effectifs et du chômage. En effet, dans le système par répartition, ce sont les actifs qui payent pour les retraités. Et moins il y a d’actifs, moins il y a de financements..

En orchestrant depuis des décennies des plans massifs de réduction d’effectifs dans la fonction publique et, notamment dans la police nationale, la social-démocratie a organisé la gabegie du système de financement de nos retraites.

Si dans la police nationale nous partons plus tôt en retraite, c’est en raison de la pénibilité du métier mais aussi et surtout parce que nous cotisons plus que les salariés du privé. Pour espérer partir plus tôt, nous subissons ainsi une perte mensuelle de salaire tout au long de notre carrière..

Le syndicat France Police – Policiers en colère regrette que les trois principaux syndicats de police de gardiens de la paix mobilisent actuellement les collègues exclusivement sur la question des retraites. La destruction de notre régime spécial n’est qu’une goûte d’eau dans l’océan des maux actuels de notre profession. Les revendications portées en intersyndicale le 2 octobre dernier ont été totalement occultées par les syndicats de police Alliance, Unsa-police et Unité SGP FO.. Les policiers jugeront..

Se dirige-t-on vers une nouvelle trahison des syndicats ? A l’évidence, dès que le premier ministre Edouard Philippe lâchera quelques miettes, la CFDT s’empressera de se coucher devant son maître et entraînera dans son sillage toutes les organisations professionnelles complices du pouvoir politique en place et du patronat. Nous risquons fort de ne pas échapper à la règle dans la police nationale où nous avons déjà, semble-t-il, renoncé à toutes nos revendications d’octobre dernier..

Après une année de crise des Gilets jaunes, les prix à la pompe atteignent des records. Pour faire passer la pilule, le gouvernement justifie ces hausses au nom de l’écologie punitive alors qu’une publicité sur quatre à la télévision incite les Français à acheter une voiture neuve ou d’occasion..

On nous prends vraiment pour des cons ! Bonne manifestation à toutes et à tous !

Force et honneur !

Lettre ouverte du syndicat France Police – Policiers en colère à l’ensemble des syndicats de police prenant part actuellement à l’intersyndicale

lettre ouverte syndicat de police gendarmerie policiers police nationale alliance unsa unité sgp police fo.png

Messieurs les secrétaires généraux,

Le 2 octobre dernier, nous avons réuni à Paris 27.000 collègues pour une marche de la colère sur la base d’une série de revendications prioritaires communes, définie ensemble, lors des réunions préparatoires de l’intersyndicale.

Fidèle à ses engagements, le syndicat France Police – Policiers en colère s’associe depuis hier aux actions de grogne sociale menées conjointement avec vous dans les services de police, partout sur le territoire.

Mais à vous écouter et à lire vos tracts, il semblerait que nos actions communes ne portent plus que sur une seule et unique revendication, celle des retraites.

Le verdict rendu dans l’affaire de nos collègues brûlés vifs à Viry-Châtillon en 2016, la vague de dépressions et de suicides dans nos rangs ou encore l’humiliation subie de nous payer une infime partie de nos heures supplémentaires à un taux horaire proche du Smic, démontrent, si besoin en était, que la destruction de notre régime spécial de retraite n’est qu’une goûte d’eau dans l’océan de nos maux actuels.

Les actions débutées hier conjointement ensemble ont-elles pour objectif d’obtenir satisfaction sur la totalité des revendications portées par l’intersyndicale le 2 octobre dernier ? Ou les principaux syndicats de police comptent-ils encore se coucher dès que le gouvernement aura fait quelques concessions concernant nos retraites ou que la CFDT aura dit amen à monsieur Delevoye ?

Le syndicat France Police – Policiers en colère appellent les grands leaders syndicaux dans la police nationale à clarifier leur ligne et à dire précisément aux policiers pourquoi on leur demande de se mobiliser.

Avant l’acte 1 du 17 novembre 2018, vous étiez, pour la plupart, tous Gilets jaunes, appelant même à la grève des PV en soutien du mouvement.

Mais face aux casseurs infiltrés, rarement interpellés ou bénéficiant de sanctions pénales très clémentes, vous avez immédiatement changé votre fusil d’épaule. Bilan ? Les policiers ont perdu sur tous les tableaux.

Les Gilets jaunes n’ont pas obtenu gain de cause sur des revendications qui auraient pourtant profité à tous nos collègues. Et dans le même temps, nous avons dû subir une année professionnelle cataclysmique avec des milliers de policiers blessés ou se retrouvant sous la menace de sanctions administratives et pénales en raison de la gestion des maintiens de l’ordre.

En décembre 2018, au plus fort de la crise des Gilets jaunes, nous aurions pu tout obtenir du gouvernement. Mais trois d’entre vous ont fait le choix de vendre les collègues pour un plat de lentilles en signant, à la va-vite, un protocole d’accord très mal négocié.

C’est pourquoi il faut éviter de retomber dans les pièges et les erreurs du passé. Nous devons définir ensemble une stratégie commune claire et le dire haut et fort. C’est le minimum de transparence que nous devons à nos collègues.

Dans l’attente de vous lire, recevez, mes chers collègues, l’expression de mes sincères amitiés syndicales et toute l’affection de nos militants.

Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police – Policiers en colère.