La gifle reçue par le Président Macron est la conséquence directe de la banalisation des violences commises contre les policiers !

En préambule, notre syndicat de police condamne avec la plus grande fermeté cette agression commise à la fois contre l’homme mais aussi contre la fonction.

Mais force est de constater que si aujourd’hui on se permet de gifler le Chef de l’Etat en public, c’est bien parce que la violence dans notre société a été totalement banalisée par la bien-pensance.

Lorsqu’on agresse un policier, c’est à l’Etat qu’on s’attaque. Et lorsque ces atteintes à nos Institutions ne sont plus sanctionnées par la Justice de Dupond-Moretti, c’est bien l’ensemble de l’autorité de l’Etat qui s’effondre.

Si un policier se fait gifler, ça se termine en rappel à la loi pour l’auteur, voir à l’IGPN pour le policier si l’agresseur déclare avoir été victime d’insultes à caractère raciste de la part du collègue..

Quid de la réponse judiciaire dans cette affaire ? Un rappel à la loi et une cagnotte de soutien pour l’agresseur ?

Selon une étude réalisée auprès de 6000 policiers, 24% des collègues ont envisagé de se suicider et 40 % des agents sont en détresse psychologique ! Mais malgré ces chiffres accablants, les politiciens de tous bords confondus, sollicitent nos suffrages ou se servent de nous pour obtenir des voix aux prochaines élections !

Si dans la police les suicides constituent un fléau, on ne peut pas en dire autant chez les politiciens ! Etonnamment, on n’entend jamais parler de suicides chez les politiciens. Pour eux, tout va bien dans le meilleur des mondes !

Il faut bien dire que politicien, ce n’est pas la mauvaise vie. Il n’y a qu’à voir comment ces braves gens font carrière et s’accrochent à leur poste. Certains vendent père et mère pour un siège grassement rémunéré sous les ors de la République..

Car depuis quarante ans, c’est bien la classe politique française dans son intégralité, majorité comme opposition, qui est responsable de la déliquescence de notre Nation et de notre profession ! Ils sont tous les coauteurs du désastre !

Avec de tels chiffres, dans la plupart des démocraties, la classe politique serait totalement discréditée et contrainte au renouvellement ! Mais pas en France où c’est toujours les mêmes gueules à la présidentielle avec, comme à Koh-Lanta, une finale pourrie dont le résultat est connu d’avance !

Malgré la décapitation de l’enseignant Samuel Paty, les assassinats ciblés de policiers par des islamistes et l’explosion de la violence chez les mineurs, on continue d’apprendre à des élèves de CM2 les paroles d’une chanson incitant au terrorisme, à la haine des policiers et au meurtre des enseignants !

Notre syndicat France Police – Policiers en colère a été saisi par des parents d’élèves de l’école Trianon à Pau. Voici les paroles d’une chanson que l’éducation nationale fait apprendre aux enfants âgés de 10 ans dans cet établissement scolaire :

« Faire sauter la classe à la dynamite (…) Prendre en otage ma petite soeur (…) Faire pipi sur un policier (…) Les cahiers au feu ! La maîtresse au milieu. »

Pour une fois, il ne s’agit pas de la création originale d’un rappeur mais d’une comptine d’Aldebert intitulée « Pour louper l’école ».

En 2019 déjà, notre syndicat de police avait obtenu le retrait de cette « oeuvre » qui devait être chantée par des enfants lors d’un spectacle de fin d’année dans une école de Meurthe-et-Moselle.

Mais deux ans plus tard, l’école Trianon à Pau ressort de ses placards cette comptine dont le texte n’a rien d’enfantin.

Jean-Michel Blanquer doit clairement se positionner et faire une note interdisant l’apprentissage de cette chanson dans les écoles de la République.

En outre, notre syndicat de police dépose plainte auprès du Procureur de la République de Pau pour ces faits.

Face au délitement de notre nation, nous ne devons rien céder.

Honte à ceux qui, déguisés en agneaux, utilisent les enfants pour diffuser leur haine au sein de notre société. Le ministre de l’éducation nationale ne doit pas se faire leur complice.

Et encore une manif pour rien ! Les collègues à nouveau pris pour des imbéciles hier ! Macron et Castex ont le sourire pendant que le syndicat de la magistrature joue les vierges effarouchées.. La commedia dell’arte en marche !

Un grand bravo aux syndicats de police qui ont parfaitement verrouillé la contestation et les revendications lors de la mobilisation du 19 mai devant l’Assemblée Nationale..

Pour se faire passer pour des durs, les syndicats de police ont fait huer le très antipathique monsieur Dupond-Moretti mais pas un mot contre la politique du premier ministre Castex ni contre celle du président Macron.

Et pour cause !

Alliance Police Nationale a appelé à voter Macron en 2017 tandis que le patron d’Unité SGP Police FO Yves Lefebvre est un militant très actif et totalement assumé de LREM !

Car ne nous y trompons pas, Dupond-Moretti est l’arbre qui cache la forêt. Par qui cet avocat a t-il été nommé Garde des Sceaux ?

Aucune revendication solide n’a été portée hier par une intersyndicale ayant pour seul dénominateur commun sa complicité avec le pouvoir politique en place. Car l’objectif de cette manifestation n’était pas de défendre la profession mais plutôt de calmer la colère des collègues pour éviter une réitération des manifestations improvisées de 2016..

Si les syndicats de police ont évincé France Police – Policiers en colère de l’intersyndicale, c’est uniquement parce que notre revendication concernant la réforme de la légitime défense pour les policiers et les gendarmes embarrasse le gouvernement. Mais heureusement, les syndicats de police sont là pour faire le ménage en amont et trier les propositions macron-compatibles qui ne font pas saigner les oreilles de la bien-pensance.

Nous concernant, nous n’avons jamais appelé à voter pour une personnalité politique. Nous sommes sur la ligne assumée du « tous pourris » comme le pense d’ailleurs la majorité des Français.

Notre seule ambition est de protéger la vie des personnels et d’améliorer la sécurité de nos concitoyens.

A tous les collègues écoeurés de cet énième coup d’épée dans l’eau nous leur disons courage, force et honneur !

Rassemblement du 19 mai à l’appel des syndicats de police devant l’Assemblée Nationale : leaders syndicaux et politiciens promettent de s’encanailler.. Nous irons donc avec une pince à linge sur le nez..

L’ignoble récupération politique du massacre de nos collègues est en marche !

A en croire la presse, l’ensemble des syndicats de police auraient appelé les citoyens à venir les soutenir ce mercredi. Sauf que notre syndicat de police n’a jamais été consulté sur cette démarche qui va surtout servir la soupe aux politiciens en pleine campagne des régionales..

Du RN au Parti communiste en passant par le Parti socialiste, tous annoncent leur présence mercredi pour venir afficher leur prétendu soutien à notre profession.. Sauf que derrière ces sourires de façade, les politiciens sont les premiers à nous planter un coup de couteau dans le dos à la première occasion venue comme dans les affaires Théo et Zecler..

Ne nous y trompons pas, les syndicats de police organisent ce rassemblement uniquement pour calmer les troupes et prendre la pose avec des politiciens qui se servent de nous à des fins électoralistes.

Syndicats de police et politiciens font croire qu’ils agissent pour nos collègues. Or, tous refusent de soutenir nos revendications et notamment celle portant sur la réforme de la légitime défense pour les policiers et les gendarmes.

Les syndicats de police sont les premiers à s’indigner lorsque que nos collègues retraités osent s’exprimer. Cela fait 30 ans que les syndicats de police couillonnent les collègues avec des marches et des rassemblements.. 30 ans que les leaders syndicaux promettent de tout changer pour que rien ne change.. 30 ans que nos collègues se font flinguer et traiter de racistes à la moindre interpellation musclée de dealers.

Bien que non invité, notre syndicat de police enverra néanmoins une délégation à cette parodie de manifestation pour faire entendre les légitimes revendications que nous sommes les seuls à porter. Mais nous participerons à ce rassemblement avec une pince à linge sur le nez..

Nous remercions les citoyens qui souhaitent se joindre à la manifestation mercredi mais que personne ne soit dupe de cette grossière instrumentalisation..

Force et honneur !

L’hécatombe continue ! Un policier est dans le Coma dans la Loire après avoir reçu un jet de bouteille à la tête ! Mais pour la Macronie, c’est circulez, il n’y a rien à voir !

Pendant que Linda Kebbab est en croisade contre notre syndicat de police, ulcérée qu’on ose réclamer une réforme de la légitime défense pour les policiers et les gendarmes, Dupond-Moretti défend les criminels qui tuent nos collègues en expliquant que les voyous n’ont pas eu la chance de lire le code pénal alors que le pronostic vital de notre collègue est toujours engagé.

Collègue ! Marche ou crève ! Et surtout ferme ta gueule !

Les syndicats de police défendent tes intérêts en cirant les pompes des politiciens au Beauvau de la sécurité.

Pendant que les policiers se font massacrer, Unité SGP Police FO se scandalise de la tribune et de la pétition lancées par nos collègues retraités ! Selon le syndicat macroniste, ce n’est pas aux policiers de s’exprimer eux-mêmes, fussent-ils retraités !

Et vous pouvez compter sur Unité SGP Police FO pour parler en votre nom pour faire passer auprès de l’opinion publique la petite musique que tout va bien dans le meilleur des mondes.. Et ceux qui disent le contraire sont des affreux séditieux d’extrême-droite..

Les gendarmes n’ont pas de syndicat et pourtant ils s’en sortent mieux que nous.. Tout un symbole..

Nous appelons les collègues et la population à soutenir notre projet de réforme de la légitime défense pour les policiers et les gendarmes. Avec un collègue par semaine sur le carreau, si nous ne sommes pas en guerre civile, ça y ressemble beaucoup..

Tant que les narco-terroristes ne sont pas blessés ou tués par les méchants flics racistes, nos collègues peuvent crever la gueule ouverte.. Un flic mort ça ne fait pas de vague.. Un dealer tué, ça met le feu aux banlieues et ça déclenche un déluge de protestations du Show-business.. Entre nous et eux, l’Establishment a choisi son camp depuis longtemps..

Interpellations des auteurs et complices présumés du meurtre du policier Eric Masson à Avignon : la farce judiciaire en marche !

S’achemine t-on vers un nouveau naufrage judiciaire comme dans les affaires Viry-Châtillon et Sarah Halimi ?

Depuis quelques heures, les médias mainstream relayent les déclarations du principal suspect placé en garde à vue qui nie toute implication dans le meurtre de notre collègue.

Habitué des gardes à vue, le jeune multirécidiviste a bien compris qu’il a la justice de Dupond-Moretti de son côté et qu’en l’absence d’aveu il pourrait bien bénéficier d’un non-lieu.

Car bien souvent, malgré des preuves accablantes, en l’absence d’aveu, la justice a une fâcheuse tendance à relaxer au bénéfice du doute.

Rien n’a changé depuis l’affaire Jean-Claude Bonnal dit « le Chinois » en 2001 au Plessis-Trévise. Nos collègues continuent de se faire abattre et toujours pas de réforme de la légitime défense pour les forces de l’ordre.

Les politiciens viennent se poser comme des vautours sur les cadavres de nos collègues sans apporter une réelle réponse pénale.

Policiers, gendarmes, douaniers et militaires n’en peuvent plus. Les mesurettes du gouvernement Castex constituent une véritable insulte à l’ensemble de nos professions.

Nous appelons l’ensemble de nos collègues à faire bloc et à ne rien lâcher.Force et honneur !

Meurtre par balle du brigadier Eric Masson : les syndicats de police sur la même ligne macroniste que la porte-parole du ministère de l’Intérieur ! A vomir !

Pour Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur, l’urgence c’est de lutter contre le racisme au sein de notre profession et de rejeter le « tout carcéral » !

Non, ce n’est pas une blague !

Invitée par Laurence Ferrari ce matin sur CNews, la représentante de la police nationale a imité Christophe Castaner en mettant genou à terre alors que notre collègue d’Avignon n’est pas encore enterré.

Et que dire des vautours des syndicats de police ? A chaque collègue tué, ils se font recevoir à l’Elysée, à Matignon ou à Beauvau sous les ors de la République. Mais pour quoi faire exactement ? Qu’obtiennent-ils ?

Plus ils sont reçus dans les palais de la République et plus on ramasse des collègues au tapis !

A part cirer les pompes des politicards qui envoient les collègues au casse-pipe pour faire de la bâtonnite, quel est leur plan de bataille ?

Car Eric est mort pour rien !

Même si l’opération de police avait été menée à son terme et les dealers interpellés, ces narco-terroristes auraient été relâchés dans la foulée par la Justice de Dupond-Moretti ! C’est ça la réalité.

Les syndicats de police sont juste bons à servir la soupe aux politiciens qui font leur beurre électoral sur les cercueils de nos collègues. Car à part distribuer des briquets avec leurs logos pour allumer des bougies et organiser des marches blanches, à quoi servent les syndicats de police ?

Quand allons-nous nous battre collectivement pour obtenir une véritable réforme de la légitime défense ?

Quand va t-on exiger d’avoir des représentants qui cessent de se coucher par peur de violer la dictature du politiquement correct ?

Si la France se délite, les syndicats de police et Camille Chaize participent, eux aussi, à ce délitement.

Collègues ! Réveillez-vous ! Deux collègues sur le carreau en douze jours ! Exigeons une réforme de la légitime défense ! Unissons-nous !

Force et honneur !