Castaner estime ne rien devoir aux policiers, le syndicat Unité SGP Police FO vole immédiatement à son secours ! 35e suicide au sein de la police nationale à Toulouse, blocages et chiffres de la participation à l’acte 32 des Gilets jaunes..

 

ciotti castaner.jpg

Interrogé par le député Ciotti sur les 300 millions d’heures supplémentaires toujours non payées à ce jour à nos collègues, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, amnésique, a estimé qu’il ne devait rien aux policiers !

Pourtant, la Macronie doit bien plus aux policiers que quelques 274 millions d’euros d’heures supplémentaires.. Si les collègues n’avaient pas appliqué les ordres ultra-répressifs visant à écraser le soulèvement du peuple, les Gilets jaunes auraient sans doute renversé le régime politique en place.

Le très « apolitique » secrétaire général du syndicat Unité SGP Police FO, Yves Lefebvre, s’est aussitôt mis en marche pour défendre le ministre Castaner et critiquer le malheureux Ciotti qui a eu l’impudence de défendre les intérêts des policiers..

« Il faut reconnaître que Christophe Castaner et Laurent Nunez sont les premiers à prendre le problème des heures supplémentaires à bras le corps ! » s’est enthousiasmé Yves Lefebvre, des étoiles dans les yeux..

Un grand bravo au syndicat majoritaire de la police nationale qui a réussi, pour une fois, à cirer les pompes du ministre de l’Intérieur avant qu’Alliance n’ait eu le temps de sortir la brosse à reluire de l’étui.. Chapeau les gars !

A Toulouse, un collègue s’est pendu mettant en cause l’administration. Il était sous la menace d’une exclusion temporaire de 24 mois sans salaire pour une affaire présumée de permutation financée.. 35, c’est le macabre chiffre des suicides au sein de la police nationale depuis le1er janvier..

Concernant l’estimation de la participation aux Gilets jaunes, France Police – Policiers en colère communique pour la dernière fois aujourd’hui ses chiffres. Depuis plusieurs semaines, la participation est sensiblement la même et le comptage impose un forte mobilisation pour notre syndicat chaque samedi.

Depuis le 17 novembre, nous avons proposé un chiffrage totalement indépendant. L’Establishment nous a largement critiqué, nous accusant de gonfler les chiffres pour nuire à la Macronie tandis que les Gilets jaunes nous suspectent de minorer les chiffres pour servir la soupe au gouvernement..

Chacun est libre de penser ce qu’il veut mais nous avons essayé de faire un travail honnête et de produire des chiffres sincères, n’en déplaise aux uns et aux autres.

Tous les chiffres publiés depuis le 17 novembre correspondent à des estimations avec une marge d’erreur plus ou moins grande. Nous n’avons jamais eu la prétention d’être en capacité de compter au manifestant près comme le font le ministère de l’Intérieur ou le Nombre jaune.. Mais tous ceux qui étaient ailleurs que devant BFM TV ont pu se rendre compte que nos estimations étaient très proches de la réalité du terrain.

Pour cet acte 32, la participation est en hausse par rapport à la semaine dernière, s’établissant autour de 40.000 manifestants à 15h30 partout en France avec plusieurs dizaines de filtrages ou blocages.

A noter qu’un Gilet jaune a été sérieusement blessé ce matin à St Avold par un chauffard qui lui a volontairement foncé dessus. Prudence à toutes et tous sur les ronds-points..

acte 32 Gilets jaunes mobilisation estimation de la participation

Un collègue met fin à ses jours par pendaison à Toulouse. Il s’agit du 34e suicide de policier en à peine six mois

suicide policier

Notre collègue a laissé une lettre dans laquelle il met en cause l’administration.

Depuis mardi, le policier était sous la menace d’une exclusion temporaire de vingt-quatre mois, sans salaire, a précisé à l’AFP Cédric Delage, secrétaire national du syndicat France Police.

A sa famille et à ses proches, nous adressons nos sincères condoléances.

https://www.nouvelobs.com/societe/20190621.OBS14758/suicide-d-un-policier-a-toulouse-le-34e-depuis-janvier.html

Casse du service public : Michel Thooris s’exprime longuement dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne

1162.jpg

Extrait :

« Je ne conseillerais pas à un jeune de devenir policier. Quand je me suis engagé, en 1999, comme beaucoup de collègues qui passaient le concours, j’étais attiré par l’honneur et le privilège de servir le drapeau français. Il s’agissait aussi de protéger les citoyens, et plus particulièrement les personnes vulnérables. Soyons clairs, lorsque je suis entré dans la police nationale, je n’avais pas conscience de l’ampleur du cataclysme dans lequel se trouvait le pays. Pourtant, il y a vingt ans, le niveau de criminalité, de délinquance et de violence était très inférieur à ce que l’on connaît aujourd’hui. Si la police de proximité, mise en place à l’époque par Lionel Jospin, pouvait être perçue comme la concurrente de la police nationale, le départ de la gauche et la fin de cette police de proximité n’a fait qu’affaiblir l’institution. En effet, la police apparaissait davantage respectée et soutenue par les politiques. Les tribunaux, moins chargés, et la justice, plus largement, avaient davantage de possibilités pour remplir leurs missions. Je ne fais pas partie de ceux, aujourd’hui, qui tirent à boulets rouges sur la justice : les magistrats sont débordés, les parquetiers croulent -comme nous, officiers de police judiciaire -sous les dossiers. Sans parler des prisons, saturées. Répondre efficacement à lamasse de travail qui se présente à nous est donc mission impossible. Sur le bureau, les collègues peuvent avoir 400 dossiers d’affaires judiciaires à traiter. Alors, que faire ? (…)  »

La suite de l’entretien à retrouver dans le n° 1162 de Marianne en vente en kiosque ou accessible en ligne dès aujourd’hui.

https://www.marianne.net/magazine/ils-ont-casse-le-service-public

Ex-Bac nord de Marseille : 18 collègues renvoyés devant le tribunal correctionnel sept ans après les « faits »

bac nord marseille

4000 interpellations par an pour répondre à la politique du chiffre ordonnée par le gouvernement !

La Bac nord de Marseille, considérée comme la meilleure brigade anti-criminalité de France, était une unité d’élite totalement dédiée à la gloire des statistiques.

Finalement dissous, ce service a été sacrifié sur l’autel de la carrière de quelques politiciens rapaces.. Lorsque l’affaire a éclaté en 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a aussitôt pris des arrêtés de révocation et de suspension à l’encontre des collègues suspectés.. Et pour eux, pas de présomption d’innocence !

Au gnouf ! Avec la bénédiction des syndicats de police majoritaires, ces chers représentants du personnel, toujours les premiers à vouloir laver plus blanc que blanc..

Pourtant, selon l’adage consacré, « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs ».. Mais rémunérer ses indics en stups est verboten.. On pousse les collègues aux chiffres mais lorsqu’il y a un pépin, personne n’est là pour ouvrir le parapluie..

Alors que les services de renseignement ont toutes les peines du monde et si peu de moyens pour surveiller les terroristes, concernant nos collègues de la BAC Nord, les enquêteurs n’ont pas hésité à placer des micros dans les véhicules de police pour espionner les fonctionnaires, pendant que les dealers, les vrais, eux, prospèrent dans les bonnes cités marseillaises..

« Tout observateur objectif se rendra compte du fait que les charges retenues contre ces policiers ne résistent pas à une analyse sérieuse eu égard notamment à la connaissance par la hiérarchie policière des méthodes incriminées » a déclaré l’avocat de l’un des principaux collègues mis en examen.. Comme d’habitude.. Les donneurs d’ordres sont bien au chaud..

Pendant ce temps, le ministère de l’Intérieur a entériné une nouvelle commande de 40.000 grenades.. Une aubaine d’avoir 40.000 tickets gagnants supplémentaires pour avoir une chance de se retrouver derrière les barreaux..

Ce week-end, des syndicalistes ont signé une tribune dans le JDD pour lancer un appel d’urgence à Castaner pour qu’il réinvente la police..

En clair, ils demandent à être invité à un brunch à Beauvau pour faire croire aux collègues qu’ils servent à quelque chose..

On touche vraiment le fond..

Discours de politique générale, déclarations de la cheffe de l’IGPN sur les violences policières, estimation de la participation à l’acte 31 des Gilets jaunes.. Le point à 15h30

acte 31 gilets jaunes participation

Acte 2 du quinquennat Macron : la dictature en marche !

Selon un sondage Elabe, 80% des Français ne croient ni « à un changement de style » ni « à un changement de méthode » après le discours de politique générale du Premier ministre. Pire, 56% des sondés trouvent Edouard Philippe autoritaire.

Malgré le rejet quotidien de sa politique nauséabonde, le fils spirituel d’Alain Juppé compte bien finir de ruiner la France qui se lève tôt tout en s’assurant qu’elle crève au travail sans jamais pouvoir profiter d’une retraite pourtant bien méritée.

La Macronie a décidé de sonner le glas des régimes spéciaux de retraites ! Premières victimes ? Les policiers eux-mêmes qui, en remerciements d’avoir sauvé les politiciens de la colère des Gilets jaunes, vont désormais devoir travailler douze ans de plus !

Aujourd’hui, un policier peut partir à la retraite dès 52 ans avec une décote. Demain, il devra attendre 62 ans pour avoir le droit de s’en aller, sans pour autant pouvoir prétendre à une pension à taux plein ! Il lui faudra travailler jusqu’à l’âge de 64 ans minimum pour atteindre les fameux 75%..

Entre les policiers qui se suicident, ceux qui perdent la vie dans l’exercice de leurs missions, ceux qui sont victimes de cancers grâce aux bons pesticides et autres perturbateurs endocriniens, ceux qui meurent d’AVC et autres maladies cardiaques.. Combien seront-ils à atteindre l’âge de 64 ans pour espérer toucher leur pension de retraite ?

La cheffe de l’IGPN Brigitte Jullien a estimé qu’il n’y avait pas eu de violences policières lors de la crise des Gilets jaunes. Le syndicat France Police – Policiers en colère dénonce un double discours visant à faire croire aux collègues qu’ils sont soutenus par la hiérarchie alors qu’en réalité, ils sont sacrifiés sur l’autel des intérêts particuliers des politiciens.

Pour mémoire, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz a indiqué de son côté que des collègues allaient bien être renvoyés en correctionnelle et jugés pour des violences commises lors des maintiens de l’ordre GJ. Pendant ce temps, les donneurs d’ordres, eux, ne sont toujours pas inquiétés par la justice..

Notre syndicat France Police – Policiers en colère estime la participation à l’acte 31 des Gilets jaunes à environ 35.000 manifestants dans toute la France.

L’extrême gauche espérait mobiliser la racaille des banlieues pour cet acte 30 des Gilets jaunes : pari raté ! La 5e République a toujours été la meilleure alliée des dealers..

gilets jaunes acte 30 participation.png

Israël, que beaucoup d’individus infiltrés parmi les Gilets Jaunes détestent, vient pourtant de dépénaliser l’usage récréatif du cannabis, ouvrant ainsi la voie vers un usage thérapeutique de cette substance psychoactive.

En maintenant la stricte interdiction du Cannabis en France, le gouvernement protège le monopole exclusif des dealers de cités sur une drogue psychotrope qu’une majorité de Français consomme occasionnellement ou régulière en toute impunité.

Jamais les banlieues ne se soulèveront contre un pouvoir politique en place si protecteur de leur business..

Les narcotrafiquants ont juste à se contenter d’attaquer les policiers trop zélés qui nuiraient potentiellement à leurs affaires commerciales dans des quartiers qu’ils contrôlent totalement..

Désormais, le chiffre d’affaire des dealers participe même officiellement au PIB de la Nation.. Que demande le peuple ?

Pour cet acte 30 des Gilets Jaunes, notre syndicat France Police – Policiers en colère évalue la participation à environ 40.000 manifestants dans toute la France, chiffre stable par rapport à la semaine dernière.

Gilets jaunes : 80% des policiers accusés de violences seraient membres de l’extrême droite selon un blog de Mediapart. Le site CheckNews.fr de Libération a enquêté sur cette fake news et rétabli la vérité

Merci pour ce courageux travail d’investigations aux journalistes de CheckNews.fr !

Le syndicat France Police – Policiers en colère tient à rappeler qu’il est 100% apolitique. Notre syndicat de police réuni des policiers de toutes les sensibilités politiques, philosophiques ou religieuses. Notre seul ciment est le patriotisme, l’amour du métier et l’attachement aux valeurs républicaines. C’est dit.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à l’article de CheckNews.fr

police check news.jpg

https://www.liberation.fr/checknews/2019/06/04/gilets-jaunes-80-des-policiers-accuses-de-violence-sont-ils-d-extreme-droite_1731373